Economiste et statisticien
Contact :  franck.arnaud@ensae.org
Ancien élève de l'Ensai/e - Master de Statistiques CV

    Administrateur de l'Insee, je suis actuellement adjoint au chef du Pôle d'Analyse Economique du Secteur Financier (PAESF) à la Direction Générale du Trésor (Service du Financement de l'Economie), où je m'occupe plus particulièrement des ménages, en tant qu'emprunteurs et épargnants. Je travaille sur l'épargne des ménages, l'allocation de leur patrimoine, et le suivi des marchés de l'immobilier, notamment en lien avec l'évolution du crédit immobilier. D'autres sujets plus ponctuels m'occupent, comme le crédit à la consommation (réformé récemment) ou la fiscalité du patrimoine.

    Auparavant, j'ai fait un bref passage au ministère de l'écologie, pour participer à la réforme du régime d'indemnisation des catastrophes naturelles. J'y ai découvert un environnement très différent de Bercy, avec une culture d'ingénieur et des talents très complémentaires à ceux d'un ministère financier.

    Entre 2008 et 2010, je m'occupais de retraites à la Direction Générale du Trésor (qui s'appelait encore Direction Générale du Trésor et de la Politique Economique quand j'y suis arrivé), au bureau Retraites et redistribution du service des politiques publiques. J'y ai découvert toute la complexité du système de retraite français. J'ai en outre été voir comment faisait nos partenaires à l'étranger; dans ce cadre, j'ai conduit une large réflexion sur les réformes systémiques, et en particulier sur les régimes de comptes notionnels, dont T. Piketty et A. Bozio sont partisans. Enfin, j'ai participé à la réforme des retraites de 2010.

    Entre 2008 et 2010, j'ai été membre du conseil de l'association des Anciens de l'Ensae Paristech; ce fut une expérience très intéressante, et j'envie tous les anciens à participer à la vie du réseau.

    Entre septembre 2006 et août 2008, le PIB et plus généralement du Tableau Economique d'Ensemble m'ont occupé, à la division des Comptes Trimestriels (au sein de la direction des Etudes et Synthèses économiques) de l'Insee. Mon activité consistait à produire et analyser, dans ses - nombreuses - dimensions le tableau des entrées-sorties (TES); autrement dit le PIB et ses composantes : la consommation des ménages, l'investissement (des ménages, des entreprises, des administrations publiques,etc.), le solde commercial, la production, etc. Ce travail, largement collectif, donne lieu à plusieurs publications trimestrielles.
    Ce poste a été très simulant intellectuellement. Lors de ma première année, j'ai assuré le changement de concept de volume des comptes trimestriels. En un mot : il est important de distinguer dans l'évolution d'un chiffre en valeur ce qui vient de la quantité du prix. Il existe différentes conventions pour faire cela : depuis longtemps, les comptes trimestriels français publiaient dans un concept de volume appelé volume à prix constant. Ce concept présente beaucoup d'avantage mais un inconvénient important : il fixe une fois pour toutes (l'année de base) la structure du TES. De plus, ce mode de présentation n'assurait pas la cohérence avec les comptes annuels, qui publiaient dans un autre concept de volume : les volumes aux prix de l'année précédente chaînées. Pour cette raison (et d'autres), l'Insee a modifié le mode de calcul et de publication des comptes trimestriels : cette procédure m'a obligé à remettre complètement à plat le mode de chargement des comptes annuels (nécessaires pour l'estimation d'équations économétriques). Il a fallu intégrer cette opération dans le planning, déjà chargé, de la division. Finalement, le 15 mai 2007, les comptes trimestriels français sont sortis en temps et en heure dans le nouveau concept de volume. Malheureusement, ce concept de volume présente un inconvénient majeur : il n'est pas additif. Autrement dit, connaître les imports de biens de biens et les imports de services ne permet pas de connaître aisément les imports de biens et services !! Il a donc fallu faire un important travail de formation à ce nouvel outil.
    En outre, durant la seconde année de mon poste, j'ai assuré la fonction de co-rédacteur en chef de la note de conjoncture (décembre 2007) : c'est un exercice très intéressant, qui nécessite d'avoir les idées claires sur les mécanismes macroéconomiques de base.

    J'ai occupé précédemment le poste de responsable du tableau économique d'ensemble (TEE), qui décrit les transferts entre agents (les salaires, les impôts, etc.). Le revenu disponible des ménages, et donc le pouvoir d'achat des ménages, en découle, en particulier (mais aussi le taux de marge, les taux d'autofinancement, le taux d'épargne, etc.)



    Dans le cadre de ces activités, mon goût pour le traitement statistique des séries temporelles s'est développé. J'ai été amené à développer des outils pour le - prodigieux - logiciel R, pour lequel je fais un intense lobbying.